Arnaud Montebourg : "J'ai vécu une succession d'humiliations" à Bercy

·1 min de lecture

C'est un livre pensé comme un bilan, plusieurs années après, d'un exercice décevant du pouvoir socialiste : dans L'Engagement, Arnaud Montebourg revient sur les années pendant lesquelles il fut membre du gouvernement, pendant le mandat de François Hollande, de 2012 à 2014. L'ancien ministre du Redressement productif et de l'Économie dresse aujourd'hui un constat amer et féroce de la politique industrielle française, qui représente pour lui une "humiliation nationale", comme il l'explique vendredi au micro Europe 1 de Patrick Cohen.

L'"attaque" d'Obama sur Alstom

Dénonçant "la technostructure" dans son ensemble et son emprise sur les choix politiques stratégiques du pays, Arnaud Montebourg livre un réquisitoire général sur les élites du pays. "L'essentiel des grands dirigeants et des ministres, comme le président, sont des technocrates", analyse-t-il. "Finalement, il y a une espèce de solidarité de corps qui fonctionne sur une même culture politique où on n'affronte pas la puissance."

>> Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen dans Europe midi en replay et en podcast ici

L'ancien ministre, officiellement en retrait de la vie politique, évoque une "une succession d'humiliations" qu'il a affrontées pendant qu'il était à Bercy. Il revient notamment sur le rachat de la branche énergie d'Alstom par l'Américain General Electric en 2014. Selon lui, les choix faits à l'époque relèvent d'une humiliation nationale avec "la faiblesse de la nation face à une attaque extérieure ven...


Lire la suite sur Europe1