Arnaud Montebourg au JDD : "La gauche doit travailler à sa reconstruction"

·1 min de lecture

Arnaud Montebourg aurait pu intituler son livre L'effondrement, tant il décrit ses années à Bercy sous la présidence Hollande comme une succession d'échecs. Il a préféré L'Engagement. L'ancien ministre a quitté le Parti socialiste et la politique pour créer des entreprises (un fonds d'investissement pour le Made in France, des marques de miel, de glaces et d'amandes), mais il n'exclut pas d'y revenir. Ses récentes sorties contre la fusion Veolia-Suez ou pour un néo-protectionnisme ont sonné comme des alertes. Il s'est confié en avant-première au JDD.

Le ton de votre livre, très sévère sur le quinquennat Hollande, dont vous avez été le ministre, est empreint de nostalgie, presque de tristesse. Est-ce ce que vous avez ressenti?
J'ai voulu raconter ce qui s'est vraiment passé, dans l'espoir que ça n'arrive plus. Mon livre dit le désespoir qu'inspire notre système d'exercice du pouvoir. Je l'ai écrit comme un témoin de l'intérieur, sans complaisance envers quiconque, y compris envers moi-même. C'est un immense échec, dont je prends ma part.

"

S'il fallait faire un plan social utile, ce devrait être au sommet de l'Etat

"

Précisément, que s'est-il passé?
Nous sommes passés de la saveur sucrée des promesses de campagne à l'austérité fiscale amère qui nous a conduits à la chute. Notre candidat avait promis de renégocier le traité européen pour desserrer ce carcan budgétaire qui désespérait la gauche - et appauvrissait surtout le peuple, les gens. Notre président s'est précipité à Berl...


Lire la suite sur LeJDD