Arnaques. La justice allemande ouvre une série d’enquêtes sur de possibles fraudes aux tests Covid

·1 min de lecture

Plusieurs millions d’euros auraient été facturés outre-Rhin pour des tests Covid qui n’ont jamais été effectués, révèle la Süddeutsche Zeitung, dans une enquête parue ce jeudi 24 août. La justice s’est saisie du dossier dans au moins sept Länder.

Pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, il faut être “pragmatique, souple et créatif”, assure le ministre de la Santé allemand, Jens Spahn, depuis plus d’un an. “Et visiblement, de nombreux gérants de centres de dépistage du Covid-19 s’y connaissent en souplesse et en flexibilité”, commente la Süddeutsche Zeitung.

À lire aussi: Controverse. Faut-il supprimer la gratuité des tests Covid ?

Au moins 94 enquêtes sur de possibles fraudes aux tests PCR et antigéniques ont été lancées outre-Rhin, selon des informations du journal de Munich et des chaînes NDR et WDR. “Six enquêtes ont été ouvertes en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dix en Bavière et au Bade-Wurtemberg, énumère le média.

À cela s’ajoutent les huit dossiers du Schleswig-Holstein, de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, de Saxe et de Hesse.”

Il est probable qu’“un grand nombre” d’arnaques n’aient pas été détectées par les autorités, d’après les enquêteurs chargés de ces dossiers. Si aucun chiffre précis n’est avancé, les sommes pourraient s’élever à plusieurs millions d’euros.

De l’argent facile

Début 2021, le gouvernement allemand misait largement sur sa politique de dépistage gratuit et généralisé, rappelle la Süddeutsche Zeitung. “À l’époque, il espérait que ce serait un moyen efficace de lutter contre les nouvelles vagues de l’épidémie.” En tout, l’État fédéral a débloqué près de 3 milliards d’euros pour le remboursement des tests Covid.

D’après les conclusions des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles