Armstrong aurait été le « cheval de Troie » de la CIA au Congo en 1960

·1 min de lecture
Louis Armstrong était la couverture de la CIA au Congo en 1960, alors qu'il pensait être en tournée musicale.
Louis Armstrong était la couverture de la CIA au Congo en 1960, alors qu'il pensait être en tournée musicale.

Alors que le célèbre musicien pensait faire une tournée musicale dans plusieurs pays africains, anciennement colonisés, afin de redorer l?image des États-Unis, il était en réalité la couverture de la plus grande agence de renseignements américaine.

La duperie a notamment eu lieu lors d?une soirée de novembre 1960. Louis Armstrong, son épouse et un prétendu diplomate de l?ambassade américaine sortaient dîner dans un restaurant de Léopoldville, capitale du Congo, nouvellement indépendant. Mais le trompettiste ignorait que son hôte n?était pas attaché politique, mais le chef de la CIA du pays de d'Afrique centrale.

« Armstrong était essentiellement un cheval de Troie pour la CIA. C?est vraiment déchirant », a déclaré Susan Williams, chercheuse à la London University?s School of Advanced Study, à l?origine de ces révélations, auprès de The Guardian. « Il a été amené pour servir un intérêt qui était complètement contraire à sa propre vision de ce qui était bien ou mal. Il aurait été horrifié. »

À LIRE AUSSI17 septembre 1957. Le jour où Louis Armstrong s?indigne contre la ségrégation raciale

Obtenir des renseignements sur la province de Katanga

Celle-ci a en effet retrouvé dans les archives de l?ONU, au cours de ses cinq années de recherches, des documents qui suggèrent fortement que l?hôte des Armstrong ? le chef de la CIA, Larry Devli ?, ainsi que d?autres agents de renseignement américains en poste au Congo, ont utilisé la couverture de la visite de l?artiste pour [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles