Armie Hammer accusé de violences : "choquée et navrée", sa femme s'exprime

·2 min de lecture

Elizabeth Chambers, la mère des enfants d'Armie Hammer avec lequel elle est en instance de divorce, s'est exprimée mardi pour réagir aux accusations de violences dont fait l'objet l'acteur depuis plusieurs semaines.

Voilà des semaines que Armie Hammer fait l'objet de plusieurs accusations graves. Des captures d'écran de conversation impliquant l'acteur de 34 ans et de nombreuses jeunes femmes ont été partagées par ces dernières sur les réseaux sociaux, notamment via le compte Instagram House of Effie. Toutes affirment avoir été abusées sexuellement et psychologiquement par le comédien des films «The Social Network» et «Call Me By Your Name». Dans plusieurs échanges, Armie Hammer aurait également admis des fantasmes de viol et de cannibalisme.

A la suite de ces révélations, l'acteur, qui avait dénoncé des «accusations mensongères», a été contraint de se retirer de plusieurs projets cinématographiques. Depuis quelques mois, Armie Hammer est par ailleurs en instance de divorce avec son épouse Elizabeth Chambers, la mère de ses deux jeunes enfants. Le couple avait annoncé sa rupture en juillet 2020 après treize ans de relation, dont dix années de mariage.

"J'ai essayé d'assimiler tout ce qui s'est passé"

Pour la première fois, Elizabeth Chambers s'est directement exprimée sur l'affaire. Lundi 1er février 2021, l'entrepreneure de 38 ans, qui a fondé la chaîne de pâtisseries texane Bird Bakery, a publié un message sur sa page Instagram, évoquant sa consternation et soutenant publiquement les victimes supposées de son ancien conjoint. «Pendant des semaines, j’ai essayé d'assimiler tout ce qui s’est passé. Je suis choquée, navrée et dévastée. Le cœur brisé mis à part, j'écoute et je continuerai d'écouter et de m'informer sur ces questions délicates. Je ne savais pas à quel point j'ignorais les choses. Je soutiens toute victime d'agression ou de maltraitance et j'exhorte toute personne qui a vécu cette douleur à demander l'aide dont elle(...)


Lire la suite sur Paris Match