Armes à feu : mais de quoi Justin Trudeau se mêle-t-il ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHOTO BLAIR GABLE / REUTERS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une des particularités de la politique canadienne, “c’est que les hommes et les femmes du Parti libéral donnent toujours l’impression d’être en campagne pour se faire élire aux États-Unis”, souligne le Wall Street Journal dans un éditorial cinglant contre le projet de loi présenté le 30 mai par le gouvernement Trudeau pour réglementer les armes de poing au Canada.

Le moment choisi par Justin Trudeau pour présenter son projet de loi “n’avait rien d’une coïncidence”, poursuit le quotidien financier, qui souligne que le Premier ministre canadien s’est contenté de “répondre au débat sur les armes à feu et les tueries de masse aux États-Unis”, quelques jours seulement après la tuerie dans l’école primaire d’Uvalde, au Texas.

Une vie politique ennuyeuse et provinciale

Visiblement, “la vie politique canadienne est trop ennuyeuse ou trop provinciale”, ironise le quotidien, car Justin Trudeau a également promis de défendre le droit à l’avortement “juste après la fuite dans la presse du projet de décision de la Cour suprêmeen faveur d’une abrogation de l’arrêt Roe vs Wade qui a légalisé l’avortement aux États-Unis.

Et le Wall Street Journal rappelle même qu’en juin 2020 Justin Trudeau s’était “fait fort de mettre un genou à terre lors d’une manifestation Black Lives Matterorganisée à Ottawa, dans le sillage de la mort de George Floyd aux États-Unis.

Pour le quotidien américain et contrairement à ce que soutiennent de nombreux titres de la presse canadienne, “Trudeau sait pourtant pertinemment qu’il n’y a aucun besoin d’imposer un contrôle plus strict des armes à feu au Canada”. Car posséder une arme de poing au Canada “suppose l’obtention d’un permis fédéral qui ne peut être délivré qu’aux collectionneurs, aux amateurs de champs de tir et aux Canadiens pouvant justifier de l’usage d’une arme dans le cadre de leur travail, et seulement après avoir suivi une formation de sécurité, passé deux tests et subi un contrôle de leurs antécédents judiciaires”, met en exergue le journal américain.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles