Arménie: les Russes affluent pour fuir la mobilisation

Des milliers de Russes tentent de fuir le pays suite à l’annonce, mercredi 21 septembre, de la mobilisation partielle liée au conflit en Ukraine. À un peu plus de trois heures d’avion, beaucoup ont choisi de se rendre en Arménie, pays russophone et ancien membre de l’Union soviétique. Mais, ces derniers jours, le prix des billets a été multiplié par dix. Sur place, certains Russes craignent de vivre une nouvelle guerre, car l'Arménie a été bombardé par l’Azerbaïdjan la semaine dernière.

Avec notre correspondance en Arménie, Manon Chapelain

Depuis Moscou, Andrey et Ana devaient s’envoler en Arménie pour leur lune de miel. Mercredi, jour de leur mariage, ils ont pris la décision de ne pas revenir en Russie. Andrey a eu peur d’être envoyé sur le front suite à l’annonce de la mobilisation partielle en Ukraine. Pour Ana, « c’était dur car on a réalisé que le lendemain on partait à Erevan, peut-être ensuite dans un autre pays, mais que l'on ne savait pas quand est-ce que l'on allait revoir notre famille et tes amies. »

Destination logique

Pour les Russes, l’Arménie est une destination logique. C’est l’un des seuls pays où ils peuvent entrer avec l’équivalent d’une carte d’identité. Hier, le prix des vols a atteint les 6 000 euros. Andrey le souligne, « tous les avions sont complets pour les trois ou quatre prochains jours. Cela me fait peur, car j’ai beaucoup d’amis qui devaient nous rejoindre. »

Au total, près de 70 000 Russes se sont installés en Arménie depuis le début la guerre en Ukraine. Un chiffre qui ne dit pas combien sont repartis depuis le retour des tensions à la frontière arménienne.


Lire la suite sur RFI