Arles 2021 : dans la maisonnette de Sabine Weiss

·1 min de lecture
Portrait de Sabine Weiss par Joel Saget / AFP.
Portrait de Sabine Weiss par Joel Saget / AFP.

Elle vous accueille dans sa maisonnette de conte de fées, nichée dans une cour du 17e arrondissement, une boîte de macarons à portée de main et une lueur malicieuse dans le regard. Sabine Weiss fêtera ses 97 ans le 23 juillet, tandis que les Rencontres d?Arles, qui mettent à l?honneur sa « vie de photographe » à la chapelle du Museon Arlaten, battront leur plein. Un âge avancé contre lequel elle se dit « en révolte » : « Je n?ai jamais été de mauvaise humeur de ma vie sauf depuis un mois? à cause de la perte d?indépendance. Jusqu?ici, j?ai aimé ma vie, mon mari, les gens? et j?ai aimé mon métier. Je n?ai jamais trouvé de raison de me plaindre ! »

Photographe, Sabine Weiss l?est depuis si longtemps qu?il est difficile de l?imaginer autrement qu?un appareil à la main, sillonnant les rues et aux aguets : compositions géométriques, moments de grâce surpris à l?improviste et portraits font la matière de son ?uvre puissante et généreuse. La lauréate 2020 du prix Women In Motion (décerné par Kering et les Rencontres d?Arles) évoque volontiers les artistes qu?elle a photographiés ? comme Françoise Sagan, capturée en pleine innocence, aux premières heures de la célébrité? Et surtout ceux qu?elle appelle ses « morveux », ces gamins pauvres « dans un état de misère qu?on ne voit plus aujourd?hui, heureusement » et d?autres, espiègles ou joueurs.

Regard tendre

Le portrait, c?est l?art suprême de Sabine Weiss, celui qui fait qu?elle compte parmi les géants du siècle a [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles