Aristide Tarnagda et l’art de la mise en voix de «Terre Ceinte» de Mohamed Mbougar Sarr

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Comment donner sur scène de la voix à un texte de l’écrivain sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021 ? Lui-même auteur, comédien et metteur en scène, l’artiste burkinabè Aristide Tarnagda a signé l’adaptation et la mise en voix de « Terre Ceinte ». Dans le cadre de Ça va, ça va le monde !, organisé par RFI, le premier roman de l’auteur sénégalais est lu ce dimanche 17 juillet à 11h sur scène au Festival d’Avignon et diffusé en direct sur Facebook Live.

Samedi après-midi, moins de 24 heures avant la mise en voix de Terre Ceinte que tout le monde attend avec impatience, les cigales jouent à cache-cache et leur concert tonitruant chante les 34 degrés régnant dans la Cité des papes. À l’ombre des arbres du Jardin de la rue de Mons, le metteur en scène burkinabè Aristide Tarnagda a réuni ses comédiens pour répéter une dernière fois la mise en voix du texte de l’auteur sénégalais Mohamed Mbougar Sarr qui sera présent lors de la lecture publique.

« Le défi est d’abord de faire entendre la langue de Mohamed Mbougar Sarr »

Publié en 2015, Terre Ceinte raconte l’histoire d’une ville contrôlée par la terreur des islamistes et de la mise à mort d’un jeune couple amoureux, mais le premier défi de cette mise en voix réside ailleurs pour Tarnagda : « Le défi est d’abord de faire entendre la langue de Mohamed Mbougar Sarr. Ce qui fait un auteur, c’est sa langue, c’est le geste littéraire qu’il pose. Donc, moi, j’espère pouvoir soulever cette langue-là et la faire entendre non seulement au public qui sera là ici présent au Jardin de la rue de Mons, mais aussi aux auditeurs et auditrices qui vont l’écouter. »

Sur proposition des Récréâtrales


Lire la suite

Lire aussi:
Le très attendu «Opéra poussière» de Jean D’Amérique au Festival d’Avignon
«Course aux noces», l’autrice béninoise Nathalie Hounvo Yekpe et la pression sociale sur les femmes
Dix ans de «Ça va, ça va le monde!»: la Cour d’honneur des auteurs africains au Festival d’Avignon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles