Ariane Séguillon frappée par le coronavirus : "J'ai vraiment cru que j'allais crever"

·1 min de lecture

Ariane Séguillon révélait sur Instagram il y a deux semaines avoir été hospitalisée après sa contamination au coronavirus. La comédienne avait en effet contracté l'un des nouveaux variants de la Covid-19, mais depuis elle se remet peu à peu. Elle s’est d’ailleurs confiée en long et en large sur le sujet lors d'une interview pour Télé Loisirs ce vendredi 26 mars.

L'interprète de Christelle Moreno dans la série Demain nous appartient a au cours de l’entretien révélé qu’elle n’avait pas compris pourquoi elle a été touchée aussi fortement par la maladie : "Je ne sais pas. J'ai toujours fait très attention. C'est quelque chose d'extrêmement violent qu'on ne voit pas et qui peut toucher tout le monde. Je suis jeune, je suis très sportive. Je n'avais aucune raison d'être touchée de manière aussi forte." déplore l'actrice qui raconte alors son long calvaire qu’elle a vécu en solitaire : "J’ai commencé à avoir un peu de fièvre, autour de 38, puis elle est rapidement montée jusqu'à 40. Elle n'est jamais redescendue, même avec la prise de Doliprane. J'étais suivie de près par mon médecin généraliste qui m'a aussi donné des antibiotiques pour éviter l'infection pulmonaire et l'embolie. Je me faisais moi-même ma piqure tous les jours ".

Pour la mère de famille, il était hors de question de contaminer qui que ce soit, elle est donc restée seule chez elle : "A partir du cinquième jour, cela a été la descente aux enfers. Je suis partie à l'hôpital avec les pompiers mais ils m'ont renvoyée chez (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO JoeyStarr trop retouché : il se moque de sa tête sur l'affiche de la série de TF1 "Le Remplaçant"
Maddy Burciaga : après une déclaration à Benjamin Samat, elle se fait sécher par une internaute
Thierry Henry prend une décision radicale pour lutter contre le racisme
Patrick Poivre d’Arvor : ce que Florence Porcel a le plus mal vécu dans son dépôt de plainte
Inès Reg : bouleversée par une chronique d’Hélène Mannarino, elle fond en larmes