Ariane Séguillon : Ce déclic terrible qui l'a poussée à perdre du poids (EXCLU)

Purepeople : Tu as appelé ton livre La Grosse. Pourquoi avoir choisi un titre aussi "brutal" ?

Ariane Séguillon : Parce que c'est brutal de se faire traiter de grosse ou de gros toute la journée, toutes ces phrases qui ressortent sans cesse ! Je voulais quelque chose qui image cette grossophobie qu'on peut vivre au quotidien. Je n'ai eu aucune hésitation. J'aurais pu l'appeler Seule dans ma tête, mais ça aurait été un autre livre...

Pourquoi avoir caché, aussi longtemps, que tu as eu recours à une sleeve ?

Parce que la sleeve, ce n'est absolument pas ce qui guérit. Il y a énormément de gens qui font des sleeves et qui ne maigrissent pas, ou qui reprennent tout. Je refusais d'être la porte-parole d'un système qui peut ne pas fonctionner. Avec les boulimiques en tout cas, puisque la sleeve ne marche pas sur eux s'ils ne sont pas soignés avant. L'estomac est réduit mais on peut manger en petite quantité toute la journée. Et si on est boulimique, et qu'on continue comme ça... on ne maigrit pas.

Tu as aussi essayé le ballon gastrique mais l'expérience n'a pas été réjouissante...

Catastrophique, même. J'ai souffert le martyre. Pour l'avaler, il faut boire 2 litres d'eau, c'est un cauchemar. C'était dégueulasse. Et j'ai été hospitalisée le soir même pour me mettre sous calmants. J'ai apprivoisé mon ballon gastrique au bout d'une semaine maximum....

Lire la suite


À lire aussi

Jeff Panacloc aminci : Le déclic qui l'a poussé à perdre du poids
Secret Story 10 : Darko ex-complexé : Le déclic qui l'a poussé à perdre du poids
Jesta Hillmann, enceinte et +15 kilos : prise de poids, astuces pour perdre... elle dit tout (EXCLU)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles