Ariane Fornia, la fille d'Eric Besson qui accuse Pierre Joxe, ne parlera plus de son agression sexuelle

Geoffroy Clavel
Ariane Fornia, fille de l'ancien ministre Eric Besson, accuse l'ancien ministre socialiste Pierre Joxe de l'avoir agressée sexuellement à l'Opéra.

SEXISME - "Il n'est pas question pour moi de revenir inlassablement sur ces événements et je ne souhaite désormais plus m'exprimer, ni dans les médias ni sur ce blog, au sujet de cette agression". Trois jours après avoir accusé l'ancien ministre socialiste Pierre Joxe de l'avoir agressée sexuellement, l'écrivaine Ariane Fornia signe ce samedi 21 octobre un nouveau billet de blog pour expliquer pourquoi elle ne souhaite plus s'exprimer sur le sujet.

"Ces deux dernières journées ont été émotionnellement intenses pour moi. Revivre ces événements en les racontant à plusieurs reprises, subir un déferlement de réactions et de sollicitations, c'est épuisant. J'ai maintenant besoin de me protéger", explique la fille de l'ancien ministre sarkozyste Eric Besson qui prévoit de partir en voyage.

La veille, elle avait raconté son agression sur le plateau de l'émission "Quotidien" sur TMC.


"Si mon agresseur m'attaque en diffamation, j'irai porter cette parole devant un tribunal", prévient-elle toutefois sur son blog. L'ancien ministre Pierre Joxe n'exclut pas de porter plainte et dément les faits qui lui sont reprochés. "Je m'exprimerai plus longuement à ce sujet et par écrit la semaine prochaine après avoir pris le temps d'analyser les tenants et aboutissants de cette affaire", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Très secouée" par la "déferlante médiatique" qui a suivi sa dénonciation, Ariane Fornia explique n'avoir aucun regret. "J'ai eu la chance d'être écoutée, et j'ai pu dire la vérité. Tout ce que je raconte est vrai et s'est déroulé exactement comme je l'ai dit dans mon précédent article. Cette certitude de vérité m'a permis de ne plus avoir peur", assure-t-elle en racontant avoir reçu de nombreux témoignages similaires au sien.

Lire aussi :

Une Française sur deux a...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages