En Argentine, les «piqueteros» bloquent la capitale pour réclamer des emplois formels

·1 min de lecture

Journée de mobilisation sociale ce jeudi 14 octobre en Argentine, avec des manifestations partout dans le pays. Alors que quatre Argentins sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, des organisations sociales ont bloqué de nombreuses routes ainsi que les principaux accès à la capitale Buenos Aires pour réclamer plus de moyens pour l'assistance alimentaire et la création d'emplois formels.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

Assis au milieu de la route, des centaines de « piqueteros » ont bloqué le pont Saavedra, le principal accès au nord de Buenos Aires ce jeudi matin. Objectif : « isoler » la capitale pour alerter sur les conditions sociales critiques dans lesquelles vivent des millions d'Argentins.

« Nous militons dans les quartiers où l'on peut voir la faim et la misère qu'il y a dans les soupes populaires », explique José Carlos Vazquez, membre du Pôle ouvrier.

Avec 18 millions d'Argentins sous le seuil de pauvreté, ces soupes populaires sont de plus en plus sollicitées, et ont besoin de plus de moyens, insiste Mariela Copertari. Elle travaille dans l'une de ces cantines : « Le gouvernement pense que les seuls aliments dont nous avons besoin, c'est de la polenta, des pâtes et des tomates ! »

Grand plan d'infrastructures publiques

Vers midi, les militants lèvent les barrages à l'entrée de la ville et se dirigent vers le ministère du Développement social avec une réclamation : un grand plan d'infrastructures publiques pour créer des emplois et en terminer avec le travail informel.

« Il y a des quartiers où il n'y a pas d'égouts. Donc, si on lançait des travaux publics pour régler cette question, ça créerait aussi des emplois, explique Guido Vidal. Ce que nous voulons, c'est travailler, pouvoir accéder à un travail digne, un travail formel. »

À la fin de la journée, les manifestants se dispersent avec un avertissement : si leurs revendications ne sont pas entendues, ils reviendront pour installer un campement devant le ministère.

À lire et à écouter aussi : Reportage international: Villa 31, bidonville argentin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles