Publicité

Argentine: un vent mauvais souffle sur les droits des femmes sous la présidence Milei

Tandis que les droits des femmes avancent en Pologne, ils régressent dans d’autres parties du monde, et notamment en Argentine. Le nouveau président Javier Milei veut revenir sur plusieurs droits conquis ces derniers années, et notamment sur celui à l’avortement, voté fin 2020.

de notre correspondant à Buenos Aires,

Une des premières mesures adoptées par Javier Milei après son investiture le 10 décembre 2023 a été de supprimer le ministère des Femmes, des genres et des diversités. Un ministère qui avait été créé par son prédécesseur Alberto Fernandez, et que Javier Milei a rétrogradé au rang de sous-secrétariat d’État.

Au-delà du symbole, ce changement implique aussi un budget largement revu à la baisse, ce qui pose la question de la continuité de plusieurs politiques publiques. C’est notamment le cas du programme Acompañar, « Accompagner », qui a offert un soutien psychologique et financier à plus de 350 000 victimes de violences de genre ces quatre dernières années.

Sur le plan législatif, également, le gouvernement cherche à modifier la loi Micaela, qui prévoit depuis 2019 que tous les agents de la fonction publique soient sensibilisés et formés sur les questions de genres et de violences faites aux femmes.

À lire aussiLutter contre les féminicides en Argentine

--


Lire la suite sur RFI