Argentine: le président Mauricio Macri fait ses adieux à ses partisans

Mardi 10 décembre, Mauricio Macri cèdera son poste au péroniste Alberto Fernández. Ce samedi à Buenos Aires, le président libéral a fait ses adieux à des milliers de partisans réunis sur la place de Mai.

Avec notre correspondante à Buenos Aires, Aude Villiers-Moriamé

Malgré les tubes passés à plein volume, l’ambiance était franchement morose sur la place de Mai, devant le palais présidentiel. Silvia, le dos couvert d’un drapeau bleu ciel et blanc, les couleurs de l’Argentine, n’avait pas le cœur à la fête. « C’est très triste, très fort, ce que l’on vit. On va bientôt avoir un nouveau gouvernement, de nouvelles personnes au pouvoir. J’espère que ce sera bien Fernandez et non Cristina qui gouvernera ! »

Beaucoup de partisans de Mauricio Macri s’inquiètent de voir revenir au pouvoir Cristina Kirchner. L’ancienne présidente (2007-2015) et future vice-présidente d’Alberto Fernández est mise en examen dans plusieurs affaires pour corruption.

Leandro Arana ne se réjouit pas non plus du changement de gouvernement à venir. Mais ce trentenaire reconnaît que Mauricio Macri a fait des erreurs. « Je crois qu’il a fait de bonnes choses, sur la modernisation de l’État, la transparence, les infrastructures. Mais en matière économique, il a été très mauvais, et c’est ça qui lui a coûté la réélection. »

►À lire aussi : Argentine: le bilan économique désastreux de Mauricio Macri

Quatre années de mandat « difficiles »

L’Argentine traverse une grave crise économique et sociale depuis l'an dernier. Selon l’Université catholique argentine, 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le PIB du pays devrait encore se contracter de 3,1 % en 2019.

Mauricio Macri a reconnu que ses quatre années de mandat avaient été « plus difficiles » que ce qu’il avait imaginé, et a appelé ses partisans à rester mobilisés. Il remettra l’écharpe présidentielle à Alberto Fernández ce mardi 10 décembre au Congrès.

►À lire aussi : De retour au pouvoir, le péronisme parviendra-t-il à redresser l’économie argentine ?