Argentine: mort de Hebe de Bonafini, symbole de la résistance sous la dictature militaire

EITAN ABRAMOVICH/AFP

La militante argentine des droits humains, Hebe de Bonafini, est décédée ce dimanche 20 novembre à l'âge de 93 ans. L'annonce de la disparition de la «Mère de la Place de Mai» a été faite par la vice-présidente argentine, Cristina Kirchner, dont elle était très proche.

Hebe de Bonafini, la voix des « Mères de la Place de Mai », organisation qui dénonce depuis des décennies les disparitions d'opposants pendant la dictature militaire en Argentine, est décédée dimanche à l'âge de 93 ans, a annoncé la vice-présidente argentine Cristina Kirchner.

« Très chère Hebe, Mère de la Place de Mai, symbole mondial de la lutte pour les droits humains, fierté de l'Argentine. Dieu t'a rappelée le jour de la Souveraineté nationale (jour férié en Argentine, ndlr)... Ça ne doit pas être un hasard. Simplement merci et adieu », a écrit la dirigeante sur Twitter.

Hebe de Bonafini est décédée dans un hôpital de la ville de La Plata, dans la province de Buenos Aires, où elle avait été admise il y a quelques jours.

La militante des droits humains, dont les deux fils ont disparu pendant la dictature, était devenue une figure controversée notamment pour son soutien inébranlable aux époux Kirchner. En 2017, elle avait été mise en examen dans le cadre d'une enquête pour détournement de fonds.

À lire aussi: Argentine: la justice aux trousses de Hebe de Bonafini

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI