Argentine : une « bactérie de légionelle » à l’origine de pneumonies qui ont fait 4 morts

Ces pneumonies qui intriguaient la communauté scientifique ont par ailleurs provoqué le décès d’une quatrième personne samedi.

INTERNATIONAL - Le mystère se lève enfin. Selon les premières constatations, une bactérie de légionelle est à l’origine de mystérieuses pneumonies qui ont fait plusieurs morts depuis le début de la semaine à Tucuman, dans le nord-ouest de l’Argentine, a annoncé ce samedi 3 septembre la ministre de la Santé Carla Vizzotti.

L’agent qui a causé le foyer de pneumonies bilatérales « est la légionelle », a déclaré la ministre en conférence de presse à Tucuman, ajoutant que le type précis de légionelle est en cours de qualification. Quatre personnes sont mortes depuis lundi, et onze cas au total ont été recensés, centrés autour d’une clinique privée de Tucuman.

Des échantillons envoyés pour analyse ont révélé des cas de « légionellose », une infection pulmonaire grave causée par une bactérie nommée Legionella, a rapporté ce samedi le quotidien local La Gaceta citant des sources de l’Institut Malbran de Buenos Aires où des examens approfondis sont en cours. L’Institut Malbran de Buenos Aires, une référence dans le pays en matière de maladies infectieuses, n’a pas encore annoncé les résultats de ces examens.

« Il ne s’agirait pas d’une maladie qui entraîne une transmission de personne à personne, du fait que les contacts étroits de ces patients ne présentent aucun symptôme », avait expliqué mercredi le président du Collège médical de la province de Tucuman, Hector Sale. Tout en exprimant son « inquiétude » pour une pathologie manifestement « agressive ».

Un quatrième décès annoncé

Ce même jour, une quatrième victime a été enregistrée à Tucuman, a annoncé le ministère de la Santé de la province. « Il s’agit d’un patient de sexe masculin, âgé de 48 ans, présentant des comorbidités, qui se trouvait dans un état grave dans un hôpital public », précise le ministère de la Santé de Tucuman sur son site internet.

Il s’agit du quatrième mort en moins d’une semaine : deux membres du personnel soignant de la clinique privée de San Miguel de Tucuman sont décédés lundi puis mercredi. Jeudi, c’est une femme de 70 ans, patiente dans cette même clinique où elle avait subi des interventions chirurgicales, qui en est morte.

Au total, onze personnes ont présenté des symptômes similaires, et sept sont encore sous traitement, selon le ministère. Sur les dix cas enregistrés à l’origine, huit étaient des membres du personnel de santé de la même clinique privée.

Covid, grippe, influenza de type A et B, et hantavirus (transmis par les rongeurs) notamment ont déjà tous été écartés, avait indiqué mercredi le ministre provincial de la Santé Luis Medina Ruiz.

VIDÉO - Une pneumonie d'origine inconnue préoccupe l'Argentine

À voir également sur Le HuffPost : « Le parlement, ce n’est pas le chantage », conclut Véran au sujet de la réintégration des soignants

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

undefined

Doctolib sous le feu des critiques, accusé de promouvoir des thérapies alternatives

undefinedundefined

Variole du singe : l’Agence européenne des médicaments autorise l’injection « intradermique »

undefined