Argentine: Alberto Fernández présente son gouvernement de coalition

En Argentine, le président péroniste Alberto Fernández, élu le 27 octobre et qui succèdera au libéral Mauricio Macri le 10 décembre, a présenté son futur gouvernement, qui rassemblent les différents courants du péronisme.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

C’est un véritable cabinet de coalition, où tous les courants de la famille péroniste sont représentés. Les kirchnéristes se voient attribuer l’Intérieur, la Défense, l’Environnement et le poste-clef de Procureur général de la Nation.

Mais les fidèles de la vice-présidente ne dominent pas le gouvernement, où trouvent aussi leur place des péronistes traditionnels et, bien sûr, nombre de modérés proches du président Alberto Fernández. Dosage aussi entre des figures de poids, qui ont fait partie de gouvernements antérieurs, et des ministres sans expérience mais aux compétences reconnues. Si un ministère de la Femme et de la Diversité est créé, on est loin de la parité.

Ministre de l'Économie critique du FMI

Le nom le plus attendu était celui du ministre de l’Économie. Le choix de Fernández s’est porté sur Martín Guzmán, un économiste de 37 ans sans passé politique. Professeur à l’université de Columbia, aux États-Unis, proche du prix Nobel Joseph Stiglitz, et comme ce dernier critique à l’égard du Fonds monétaire international, il aura comme priorité la renégociation de la dette, que l’Argentine ne peut pas payer, avec le FMI et avec les créanciers privés. Guzmán s’est donné trois mois pour parvenir à un premier accord et éviter le défaut de paiement.

►À lire aussi À la Une: le nouveau gouvernement argentin présenté ce vendredi 6 décembre