Argentine: 45 ans après, les Grands-Mères de la place de Mai toujours à la recherche des enfants disparus

Wikimedia Commons / Archivo Hasenberg-Quaretti

En Argentine, cela fait 45 ans que l’association des Grands-Mères de la place de Mai se bat pour retrouver les enfants des opposants disparus pendant la dictature militaire. Depuis, 130 enfants d’opposants disparus ont été identifiés grâce à leur action. Les années n’ont pas entamé la détermination des Grands-Mères, mais la plupart sont aujourd’hui âgées. Alors le temps presse pour retrouver les centaines d’enfants volés manquant à l’appel.

« Si tu es né(e) entre 1975 et 1983 et que tu as des doutes sur ton identité, prends contact avec les Grands-Mères de la place de Mai. L’Argentine te recherche » : des campagnes comme celle-ci, les Grands-Mères de la place de Mai en lancent régulièrement, avec le soutien du gouvernement argentin, alors qu’entre 1976 et 1983, la junte au pouvoir a volé 500 bébés à des parents jugés subversifs, des bébés enlevés puis adoptés illégalement par des familles proches du pouvoir.

Buscarita Roa, 85 ans, milite dans l’association depuis 41 ans. Malgré le temps qui passe, elle lutte toujours pour restituer l’identité des bébés volés pendant la dictature. Ils sont aujourd’hui âgés d’une quarantaine d’années : « Je poursuis les recherches, car il ne reste plus autant de Grands-Mères qu’avant. Autrefois, nous étions très nombreuses, maintenant, les Grands-Mères disparaissent avec le temps. Mais moi, je ne laisserai pas le combat prendre fin avant d’avoir retrouvé le dernier enfant d’opposants disparus. Tant que je serai en vie, je continuerai. Et ensuite, les enfants retrouvés prendront le relais. »


Lire la suite sur RFI