Argent liquide, eau chlorée, fichage... le zoo d'Amnéville épinglé pour ses pratiques

LExpress.fr
Placé en redressement judiciaire, le zoo d'Amnéville est soupçonné par des salariés de pratiques douteuses autour de ses finances.

Fichage d'employés et de visiteurs, salaires non déclarés, chlore dans le bassin des animaux... Une dizaine de salariés et ex-salariés du zoo d'Amnéville, en Moselle, dénoncent les pratiques douteuses de la direction, qui se sont progressivement mises en place depuis huit ans, dans une longue enquête de France Bleu Lorraine. 

À ce jour, 120 personnes attaquent le zoo aux prud'hommes de Metz. Parmi les griefs : de nombreux salariés virés du jour au lendemain, et certains fichés dans un tableau. Ce fichier Excel recense 214 noms, auxquels sont accolées des remarques de type "élément perturbateur", "problème de prud'homme" ou encore "problème en fin de contrat, a réclamé des heures impayées". Des clients sont aussi inscrits dans ce tableau, notamment des personnes "anti-cirque" et des "sympathisants association animaliste".  

Du liquide et des cadeaux

Cette liste noire, "c'était loin d'être un secret à Amnéville, tout le monde la connaissait", assure à France Bleu Sophie, ancienne salariée dans les bureaux du zoo pendant trois ans. Début 2019, elle a dénoncé à la police ce fichier, sans résultat. De son côté, Michel Louis, le fondateur et directeur du zoo, nie l'existence de cette liste et enjoint à "venir regarder dans les ordinateurs". Sauf qu'un expert en informatique aurait passé toute la journée de lundi dernier au zoo pour "nettoyer les ordinateurs", selon un salarié, et des disques durs auraient été jetés.  

Autre pratique douteuse de la direction mise en cause par les salariés : le paiement d'une partie de leur salaire en espèces. "À partir de (2012), mon salaire est divisé en deux parties, 2000 euros sur ma fiche de paie et 4 à 500 euros par mois en liquide", illustre Julie, une animatrice.  

En parallèle, la direction embauche à tour de bras "des familles entières" pour travailler au zoo, avec des salaires jugés démesurés par certains, et offre une fois par un an un voyage tous frais payés à dix salariés, alors même que le zoo se situe en redressement judiciaire. D'apr...Lire la suite sur L'Express.fr

Argent liquide, eau chlorée, fichage... le zoo d'Amnéville épinglé pour ses pratiques

Ardennes : 158 sangliers tués lors d'une battue, "un carnage"

74% des Français sont favorables à la fin de la corrida en France

Chasse à la glu : la LPO interpelle le gouvernement, vidéo à l'appui