"Mon argent, c'est l'héritage de mon père" : à son procès, Patrick Balkany tente de justifier son train de vie fastueux

France 3

Il a tenu son auditoire en haleine. Le maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany, jugé pour fraude fiscale, s'est exprimé pour la première fois devant le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 15 mai. "'Je vais parler et vous n'allez pas être déçus', avait-il dit. Il a tenu parole. Pendant plus de trois heures, il a balayé les arguments du tribunal concernant sa fortune personnelle", indique la journaliste de France 3 Nathalie Perez, qui a assisté à l'audience.

"Mon argent, dit-il, s'est l'héritage de mon père et un petit pécule que ma femme a reçu de sa famille", a justifié Patrick Balkany. Très en verve, l'élu a raconté son père, ce résistant rescapé d'Auschwitz qui fit fortune dans la revente d'un stock militaire américain puis dans le prêt-à-porter, et dissimula ses millions en Suisse. Une fortune helvète dont Patrick Balkany rapatrie 6 millions de francs à la fin des années 1980. Il vend ensuite ses parts dans l'entreprise familiale pour 33 millions, une "cession suspecte" car surévaluée selon l'accusation.

Quant à l'argent liquide qui inonde le dossier, il provient des coffres familiaux et de la revente discrète de lingots d'or paternels, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi