Bac : des lycéens obligés de repasser l'épreuve de maths après la disparition de leurs copies

·2 min de lecture
Dans les Ardennes, des candidats au bac pro vont devoir repasser une épreuve à la suite d'un gros couac (REUTERS/Stephane Mahe)

Les candidats au bac pro du lycée Notre-Dame de Maubert-Fontaine vont devoir passer une seconde fois l'épreuve de mathématiques après un incident rarissime.

Une bonne nouvelle pour ceux qui s'étaient loupés, moins pour ceux qui avaient réussi l'épreuve. Des élèves de terminale pro du lycée Notre-Dame situé à Maubert-Fontaine (Ardennes) vont être contraints de repasser une épreuve du baccalauréat le 30 juin prochain, trois semaines après leur première tentative, car les copies de ce premier examen se sont tout simplement évanouies dans la nature.

Comme l'explique L'Ardennais, les candidats au bac de la filière Services à la Personne et aux Territoires (SAPAT) se sont "rendus au lycée agricole du Balcon des Ardennes" le 7 juin dernier, pour passer l'épreuve de mathématiques. Leur copies devaient ensuite être acheminées par La Poste vers le centre de correction situé à Dijon... mais elles ne sont jamais arrivées à destination !

Mystère total

Plus précisément, l'enveloppe qui devait contenir les copies est bien arrivée à bon port, mais vide. Alors que La Poste évoque un "incident lors du traitement mécanisé", le ministère de l'Agriculture, dont dépendent les lycéens concernés, est pour l'instant dans l'incapacité totale d'expliquer comment ces copies ont pu se volatiliser. "En 32 ans de carrière, je n’ai jamais vu de copies qui se perdent", affirme ainsi le directeur du lycée agricole ayant servi de centre d’examen, cité par L'Ardennais.

"Le service du ministère de l’Agriculture en charge de l’organisation des examens a appliqué la procédure prévue en ce cas : les élèves concernés vont composer à nouveau, dans des délais rapides, sur un sujet dit sujet de secours, vont être corrigés par un jury et passeront en délibération avec l’ensemble des élèves de ce baccalauréat professionnel", assure-t-on du côté du ministère. Pas sûr que la solution soit réellement satisfaisante pour les premiers concernés...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles