Ardennes: un ex-officier de la DGSI jugé pour délits sexuels voit sa peine confirmée en appel

(Photo d'illustration) - AFP
(Photo d'illustration) - AFP

La cour d'appel de Reims a confirmé la relaxe d'un ex-officier de la DGSI des faits d'agression sexuelle dont l'accusait une adolescente, et l'a de nouveau condamné à un an de prison ferme pour détention d'images pédopornographiques, annonce une avocate auprès de l'AFP.

Ce commandant de police, ex-responsable départemental de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI, chargée notamment de la lutte contre le terrorisme) pour les Ardennes, est "condamné à la même peine qu'en première instance pour détention et consultation d'images pédopornographiques", soit deux ans d'emprisonnement dont un avec sursis, a indiqué à l'AFP Pauline Manesse, avocate de la plaignante à l'origine de l'enquête.

Mais il est comme en première instance "relaxé des faits d'agression sexuelle".

Une plainte pour viol et agression sexuelle

"Je ne comprends pas cette décision. La cour n'a pas tiré les conséquences des données du dossier pénal sur la contrainte et la domination exercées par (ce policier) sur cette jeune fille d'une particulière vulnérabilité", a déploré Me Pauline Manesse.

"C'est un curieux message envoyé aux jeunes femmes qui voudraient dénoncer ce type d'agissements", a-t-elle ajouté.

En avril 2019, cette jeune femme d'une vingtaine d'années avait déposé plainte contre lui à Reims pour des faits de viol et agression sexuelle qu'elle disait avoir subis lorsqu'elle avait 17 ans. Elle venait alors d'être "rattrapée par la DGSI, alors qu'elle était prête à partir pour la Syrie" et se trouvait "sous la responsabilité" de cet agent, a estimé Me Manesse.

L'accusé niait tout rapport non consenti

En garde à vue, l'homme, alors âgé de 57 ans, avait reconnu des attouchements sexuels sur la plaignante, à plusieurs reprises, mais "toujours de manière consentie", et nié "tout acte de pénétration de quelque nature que ce soit". Il avait soutenu être "tombé amoureux" d'elle et ne jamais l'avoir "forcée à quoi que ce soit".

Ce père de famille avait par ailleurs admis consulter régulièrement des sites pédopornographiques et télécharger en grand nombre des photos de jeunes mineures.

876450610001_6305302367112

Le parquet avait requis quatre ans de prison en première instance, et avait fait appel suite au jugement. "Ayant soutenu qu'il n'y avait pas eu de relation consentie, le parquet ne pouvait pas faire autre chose", avait expliqué le procureur.

"Dès la révélation des faits", le policier avait été "désarmé par sa hiérarchie" puis rapidement "suspendu administrativement de ses fonctions", selon les déclarations du parquet à l'époque.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles