Arctique : le projet pétrolier le plus au nord de la planète suspendu

Outre Equinor, qui détient 35 % du projet, Wisting réunit les norvégien AkerBP (35 %) et Petoro (20 %) et une filiale du japonais Inpex (10 %).   - Credit:HAKON MOSVOLD LARSEN / NTB / AFP
Outre Equinor, qui détient 35 % du projet, Wisting réunit les norvégien AkerBP (35 %) et Petoro (20 %) et une filiale du japonais Inpex (10 %). - Credit:HAKON MOSVOLD LARSEN / NTB / AFP

C'est le projet pétrolier situé le plus au nord de la planète, mais sa réalisation semble compromise. Le géant pétrolier norvégien Equinor a annoncé reporter à fin 2026 sa décision d'investissement pour le gisement pétrolier arctique Wisting en mer de Barents, le plus septentrional au monde, initialement prévue au mois de décembre. Le groupe public norvégien et ses partenaires avancent la flambée du coût estimé du projet. « Le mûrissement du projet se poursuit en vue d'une décision d'investissement d'ici à la fin 2026 », précise le groupe.

Situé à environ 300 kilomètres au nord du cap Nord, Wisting représente un investissement chiffré par Equinor à 104 milliards de couronnes, soit environ 10 milliards d'euros, contre 75 milliards auparavant. Un chiffre en nette hausse du fait de la vague inflationniste mondiale, des difficultés sur les marchés de l'énergie après l'invasion de l'Ukraine et des problèmes de capacité et de logistique chez les fournisseurs.

À LIRE AUSSINorvège : « Nous créons un budget carbone géré comme notre budget annuel »

Même si Equinor invoque la flambée des coûts, plusieurs organisations de défense de l'environnement ont salué une bonne nouvelle pour le climat et l'Arctique. Le gisement avait été découvert en 2013, à seulement 50 kilomètres de la limite de la banquise hivernale.