Arctique : « la dernière zone de glace » est menacée par le réchauffement climatique

·1 min de lecture

« La dernière zone de glace ». Des centaines de milliers de kilomètres carrés. Quelque part au large du Groenland. C’est la région du monde où l’on trouve la glace de mer la plus épaisse. La plus ancienne aussi. Elle forme un abri pour des algues essentielles à l’écosystème. Et au plus chaud de l’été, elle constitue un refuge pour certains animaux comme les ours polaires ou les morses.

Dans le contexte de réchauffement climatique anthropique, les chercheurs l’envisageaient même depuis quelque temps comme le dernier refuge de ces espèces dépendantes de la glace. Car la glace de mer, dans sa circulation naturelle à travers l’Arctique, a tendance à s’accumuler dans cette « dernière zone de glace ». Et lorsque les modèles climatiques nous font avancer dans le cours de ce siècle, elle est celle où la glace se maintient le plus longtemps l’été.

La zone concernée par les travaux des chercheurs de l’université de Washington (États-Unis) est ici entourée de noir. La dernière zone de glace apparait en grisé. © Schweiger et al., Communications Earth & Environment
La zone concernée par les travaux des chercheurs de l’université de Washington (États-Unis) est ici entourée de noir. La dernière zone de glace apparait en grisé. © Schweiger et al., Communications Earth & Environment

Mais des travaux menés par l’université de Washington (États-Unis) font aujourd’hui la preuve de sa vulnérabilité. L’étude s’est concentrée sur l’état de la glace de mer dans la mer de Wandel durant le mois d’août 2020. Cette zone s’étendant du nord-est du Groenland jusqu’au Svalbard était autrefois recouverte toute l’année d’une épaisse couche de glace pluriannuelle. Or certaines parties de la dernière zone de glace ont déjà commencé à décliner. Le 14 août 2020, les images satellites ont même montré un amincissement record de 50 % ! Alors même que l’épaisseur de glace de mer au début de l’été était proche de la normale.

Le 16 août 2020, le Polarstern, le brise-glace allemand, se trouvait dans la dernière zone de glace pour l’expédition Mosaic. Deux jours plus tôt, la concentration en glace mesurée là n’était que de 50 % par rapport à celle habituelle. Un record ! © Felix Linhardt, Université de Kiel
Le 16 août 2020, le Polarstern, le brise-glace allemand, se trouvait dans la dernière zone de glace pour l’expédition Mosaic. Deux jours plus tôt, la concentration en glace mesurée là n’était que de 50 % par rapport à celle habituelle. Un record ! © Felix Linhardt, Université de Kiel

La faune s’y...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles