Arctic Monkeys : regardez deux titres Live à la BBC

Laure Narlian
Alors que les Arctic Monkeys viennent de sortir leur sixième album studio, "Tranquility Base Hotel and Casino", la BBC diffuse un concert de 30 mn du groupe originaire de Sheffield. Découvrez-en deux extraits ci-dessous : "Four Out Of Five", extrait de ce nouvel album aussi déroutant qu'excellent, et "I Bet You Look Good On The Dancefloor", tube inusable de leur premier opus paru en 2006.

Ces deux titres sont à savourer. Car pour des questions de droits, le concert enregistré dans les légendaires studios Maida Vale de la BBC et diffusé pour la première fois le 8 juin n'est visible durant un mois sur le site de la BBC qu'à condition d'être en Grande-Bretagne. 

Un album plus lounge que rock

Les Arctic Monkeys ont sorti à la mi mai le successeur de l'acclamé "AM" (2013). Sur ce nouvel album baptisé "Tranquility Base Hotel and Casino", le groupe d'Alex Turner effectue un virage musical qui a d'abord divisé les fans.

Certes, le guitariste Jamie Cook, le bassiste Nick O'Maley et le batteur Matt Helders sont bien présents mais le rock à guitares y est néanmoins en sourdine. Cet album, composé entièrement au piano en solitaire à Los Angeles par le chanteur leader (et habituellement guitariste) Alex Turner, dévoile un style inédit chez le groupe de Sheffield.

Enregistré en partie aux studios La Frette (dans le 95, près de Paris), ce sixième opus développe un climat plus jazz, plus soul et plus lent, une sorte de lounge pop aux accents rétros, imprégnée de musique de films des sixties, et notamment les films de Jean-Pierre Melville avec Alain Delon comme "Le Samouraï". De quoi dérouter les admirateurs de ce groupe connu pour son rock pied au plancher.

Virée de luxe à bord d'une base lunaire

Pour autant, déroutant rime ici avec excellent. D'abord, Alex Turner reste un fin mélodiste. Ensuite, ce crooner n'a jamais autant sonné comme David Bowie. Enfin cet album est un concept album, une autre première pour le groupe. Turner, qui dit avoir ciselé ses textes sur le modèle d'un Léonard Cohen, fait au fil des chansons un récit d'anticipation, où il est question de la colonisation humaine de la Lune, devenue dans un futur proche un lieu de villégiature de luxe.

Cette base (lunaire) permet à Alex Turner, 32 ans dont 16 ans de composition, de poser un léger voile sur son véritable propos, à la fois critique de la société (gentrification, politique, discours marketing (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Les Arctic Monkeys de retour avec un nouvel album le mois prochain
40 ans après leur création, les tubes de Starmania restent indémodables
A voir sur Culturebox : les concerts du Sónar de Barcelone comme si vous étiez
Le festival "Bains Numériques" programme IA, la première chanteuse virtuelle