ARCHIVES - Quand Hubert Germain, mort à 101 ans, racontait le Débarquement de Provence

·1 min de lecture

Il était le dernier à pouvoir témoigner de l'horreur de la guerre et de la réalité du Débarquement. À 101 ans, Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, est mort mardi à l'âge de 101 ans, comme l'a annoncé la ministre des Armées, Florence Parly. Engagé dans la Résistance dès le début de la guerre, il avait débarqué sur les plages de Provence à l'âge de 24 ans pour libérer la France de l'occupation nazie en compagnie de 50.000 soldats alliés, le 15 août 1944. Un moment qu'il racontait avec émotion au micro d'Europe 1, à l'été 2019, et que nous relayons ci-dessous.

Le 15 août 1944, il fait encore nuit quand Hubert Germain débarque sur la plage en compagnie de ses hommes de la Légion étrangère, près de Saint-Tropez. "Nous étions tous tendus, parce qu'il fallait débarquer et détruire tout ce qu'il y avait devant nous", se souvient-il, avant de raconter l'émotion l'ayant étreint ce jour-là, alors qu'il retrouvait sa patrie, quatre ans après son départ. "J'ai fait dix mètres sur la plage et je suis tombé à genoux. Et j'ai pleuré, mais pas longtemps, seulement un ou deux sanglots dans la gorge", décrit-il encore. "Tout d'un coup, on s'est dit : 'Ça y est, c'est la France'." 

"Maman, tu ne reconnais pas ton fils ?"

Quatre longues années d'absence pendant lesquelles il n'a pas revu sa famille. Et lorsqu'il se rend au domicile familial à Grasse, à quelques kilomètres de là, c'est sa mère qui lui ouvre la porte. Mais ils ne se reconnaissent pas. "Ma sœur, elle, m'a reconnu, et...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles