“Archetypes”, le podcast de Meghan Markle, trouve son public et des détracteurs

“Meghan Markle n’est pas uniquement la duchesse de Sussex. Elle est désormais la reine des podcasts.” Le sacre est ainsi prononcé par le Los Angeles Times. Sorti le 23 août en exclusivité sur Spotify, “le nouveau podcast de Meghan Markle, Archetypes, a cette semaine détrôné le très populaire Joe Rogan Experience sur la liste des podcasts les plus écoutés de Spotify dans six pays, y compris aux États-Unis et au Royaume-Uni.”

Fruit d’un partenariat exclusif avec la plateforme de streaming, le projet vise, selon la description qui en est proposée, à discuter à bâtons rompus avec des invités afin d’“examiner, disséquer et faire sauter les étiquettes accolées aux femmes pour les empêcher d’avancer”.

Le premier épisode, d’environ une heure, traite de la connotation négative du terme “ambition” appliqué au féminin et reçoit pour ce faire Serena Williams à l’approche de sa retraite sportive. C’est l’occasion pour les deux femmes, nées la même année 1981 à Los Angeles, de rappeler leur amitié et d’échanger sur leurs parcours respectifs.

Archétype de l’égocentrisme ?

Les fans de l’actrice américaine adoreront, et ses détracteurs se régaleront de se voir fournir de nouvelles munitions pour la présenter comme narcissique, résume un New Statesman clairvoyant. Le magazine anglais note que, par exemple, “Meghan met des plombes à présenter son invitée, la star de tennis Serena Williams, parce qu’elle est trop occupée à s’étendre sur les victoires féministes de son enfance [une campagne de pub qu’elle a fait modifier] et féliciter des religieuses qui avaient apparemment pris leur destin en main dans une école catholique [son collège-lycée de Los Angeles]”.

Sans surprise donc, du côté de la presse conservatrice britannique, les critiques pleuvent. “Le podcast est une succession de banalités, d’inepties et de platitudes à la sauce californienne”, juge notamment le quotidien The Times.

“[Il] vous donne l’impression d’avoir été enfermé dans la salle de relaxation d’un spa avec une prof de yoga qui raconte sa vie.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :