Archaïsme

Libération.fr

L’emprisonnement est une peine de privation de liberté. Il n’est prévu nulle part dans le code pénal que les détenus doivent craindre à chaque instant pour leur sécurité, vivre à cinq par cellule, dormir au milieu des rats et des immondices. Tel est pourtant le sort scandaleux que la République, défaillante sur ce dossier depuis des décennies, réserve à nombre d’entre eux, notamment à ceux qui sont astreints à des peines de courte durée. Comme l’affirme Jean-Jacques Urvoas, le garde des Sceaux, l’ouverture de nouvelles places peut désengorger certains établissements. Mais l’expérience tend à montrer que l’augmentation du nombre de places de prison se traduit immanquablement, à délinquance constante, par celle du nombre de prisonniers, ce qui n’améliore pas la situation. Et comme les crédits manquent pour organiser un suivi sérieux des condamnés, la prison joue indéfiniment son rôle d’école du crime. Plusieurs pays européens, l’Allemagne ou les Pays-Bas, par exemple, ont choisi une voie inverse et multiplié les peines de substitution pour la petite délinquance, avec un succès indéniable puisque le taux de criminalité n’y a pas augmenté. Christiane Taubira avait voulu aller dans ce sens mais des raisonnements politiques à courte vue ont freiné son audace réformatrice, même si des progrès ont été accomplis. Le prochain quinquennat permettra-t-il des avancées ? La distinction droite-gauche, dont on dit qu’elle est obsolète, se manifeste de manière éclatante. Seuls Mélenchon et Hamon reprennent à leur compte «l’esprit Taubira». Tous les autres, à des degrés divers, en tiennent pour la fièvre bâtisseuse, prudente chez Macron, galopante chez Fillon et Le Pen. La France a battu son record historique pour le nombre de détenus. A moins d’une surprise, l’archaïsme carcéral, avec son cortège de souffrances aussi inutiles qu’illégales, a de beaux jours devant lui. 



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Prisons Un débat verrouillé
Dans la «pétaudière» de la maison d’arrêt de Nîmes
Le tout carcéral français, «un dispositif coûteux, obsolète, inefficace et injuste»
Prisons Un débat verrouillé
ETA : «Le juge d’application des peines artisan de la paix»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages