“Araignées atomiques” : les mâles en orbite comme des planètes... ou des électrons

·2 min de lecture

Des chercheurs ont étudié les dynamiques spatio-temporelles de la compétition entre mâles chez les araignées Trichonephila clavipes dans les forêts du Panama : leurs comportements peuvent être comparés à ceux d’électrons autour d’un noyau atomique, ou de planètes orbitant autour d’une étoile massive.

Parmi les araignées, les Trichonephila clavipes (également appelées Nephila clavipes) sont connues pour les toiles impressionnantes qu’elles tissent : la soie de ces petites créatures a la particularité d’être d’une superbe couleur dorée. Ces toiles, pouvant mesurer près d’un mètre de long, sont généralement tissées par les femelles. Pour se reproduire, ce sont les mâles qui y grimpent et tentent d’atteindre la propriétaire : une aventure épique et pleine de dangers.

Cette espèce d’araignées présente un fort dimorphisme sexuel : les mâles et les femelles ont une apparence très différente. En l’occurrence, les femelles sont largement plus grandes que les mâles, pouvant mesurer jusqu’à cinq centimètres. Les mâles, eux, atteignent à peine le centimètre.


Une femelle Trichonephila (à gauche), à côté d'un mâle, beaucoup plus petit (à droite). (MPI of Animal Behavior/ Alex Jordan)

Un terrain de tous les dangers

Leur petite taille n’est que le premier obstacle auquel les mâles doivent faire face sur la toile de la femelle. Le terrain y est glissant : le moindre faux pas sur les filaments de soie dorée entraîne la fin de l’aventure pour les mâles intrépides, car la femelle est à l’affût - et accessoirement cannibale.

S’ils se font repérer, elle les capture et les élimine sans autre forme de procès. Sylvia Fernanda Garza, du Max Planck Institute of Animal Behavior (Allemagne), étudie ces arthropodes dans les forêts du Panama, où elle a “souvent vu des mâles trop zélés être victimes des femelles cannibales, surtout lorsqu’ils prennent un mauvais chemin ou qu’ils s’approchent d’elles trop rapidement.”


Une femelle Trichonephila au centre de sa toile. (Amir Haluts, Weizmann Institute of Science)

Compétition sur la toile

Dans le monde animal, la compétition est présente à bien des niveaux, que ce soit pour l’accès à des ressources ou à de la nourriture, pour contrôler un territoire ou, notamment chez les Trichonephila, pour se reproduire : plusieurs mâles poursuivant le même b[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles