Arabie saoudite: «Réhabiliter Mohammed ben Salman ouvre la voie à la répression»

Militante saoudienne des droits humains au sein de l’organisation ALQST, Lina al-Athloul évoque la condamnation à 34 ans de prison de Salma al-Chehab, arrêtée et jugée pour avoir signé des tweets en soutien aux droits des femmes et aux prisonniers politiques dans le royaume. Lina al-Athloul est la sœur de Loujain al-Athloul, qui a passé près de trois ans en prison et reste sous le coup d’une interdiction de quitter l’Arabie saoudite.

RFI : Qui est Salma al-Chehab qui vient d’être reconnue coupable d’avoir « fourni de l'aide à ceux qui cherchent à troubler l'ordre public et à diffuser des informations fausses et malveillantes » selon des documents judiciaires cités par l’AFP ?

Lina al-Athloul : C’est une jeune Saoudienne qui finissait son doctorat au Royaume-Uni. Sur son compte Twitter, elle défendait les droits des femmes, elle exprimait son soutien aux prisonniers politiques (y compris ma sœur Loujain al-Athloul). En 2021, elle est rentrée en Arabie saoudite pour des vacances et c’est à ce moment qu’elle a été arrêtée. Elle a passé plusieurs mois en isolement et vient d’être condamnée à 34 ans de prison.

Salma al-Chehab avait initialement été condamnée à six ans de prison, dont la moitié avec sursis. Sa peine a donc été considérablement alourdie. Que savez-vous des conditions de détention de cette trentenaire, mère de deux enfants ?

Il est très difficile d’avoir des informations, il n’y a aucune transparence. Elle a été placée plusieurs mois en isolement, ce qui est une forme de torture.


Lire la suite sur RFI