Publicité

Arabie Saoudite: le projet de premier code pénal écrit est «hypocrite», selon Amnesty International

L’ONG Amnesty International alerte mardi 19 mars sur la rédaction en cours du premier code pénal écrit d'Arabie saoudite. Il fait partie des réformes entreprises par le prince héritier et Premier ministre Mohammed Ben Salman. L'ONG s'est procuré une version de ce projet censé rester confidentiel, dont le texte révèle selon elle « l’hypocrisie » qui se cache derrière les promesses de réformes.

Jusqu'à présent, l'Arabie saoudite ne possédait pas de code pénal écrit : les juges du royaume se référaient à leur interprétation de la loi islamique pour rendre leur verdict. Ce code pénal aurait pu permettre une avancée sur le terrain des droits de l’homme.

C'est tout l'inverse, estime Agnès Callamard, secrétaire générale de l’ONG Amnesty International : « Les autorités saoudiennes ont une occasion en or de transformer leur système de justice pénale abusif en un système respectueux des droits humains. Cependant, d’après notre analyse du projet de Code pénal divulgué, il s’agit essentiellement d’un manifeste pour la répression qui renforcera les violations des droits de l’homme et étouffera les libertés. »

Criminalisation du droit à la liberté de réunion pacifique

Selon l’ONG, ce texte criminalise par exemple le droit à la liberté de réunion pacifique, et érige en infraction les relations sexuelles consenties « illégitimes », l’homosexualité et l’avortement.


Lire la suite sur RFI