Le prince héritier Mohammed ben Salman visé par une procédure judiciaire aux États-Unis

·1 min de lecture

La plainte qui vise indirectement Mohammed ben Salman met en lumière la disparition de son cousin et ex-rival Mohamed ben Nayef et les rivalités au sein du royaume saoudien.

Il y a tout juste un an, un homme d’affaires saoudien, Nader Turki Aldossari, intente un procès contre Mohammed ben Nayef, membre de la famille royale saoudienne, un temps pressenti pour monter sur le trône. L’affaire concerne un contrat pétrolier qui n’aurait pas été honoré et est porté devant la justice aux États-Unis, car le fils du plaignant est citoyen américain.

Mais comment assigner Mohammed ben Nayef devant un tribunal, alors qu’il a été arrêté quelques mois auparavant ? La plainte est alors modifiée en incluant le nom de Mohammed ben Salman, le prince héritier, puisque c’est lui qui aurait ordonné la mise en résidence surveillée de son cousin le prince Ben Nayef, et qui l’empêche de faire face à ses obligations judiciaires.

Finalement, en mai dernier la justice américaine rejette la plainte de l’homme d’affaires, mais le mystère reste entier sur le sort de Mohammed ben Nayef, mis à l’écart parce qu’il gênait Mohammed ben Salman.

Le prince héritier, déjà soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi n’hésite pas à faire taire ses rivaux ou ses opposants, quels que soient les moyens.

À lire aussi : Affaire Khashoggi: Washington demande à Riyad de démanteler l'unité responsable du meurtre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles