Arabie saoudite : un grand festival électro pour tester les limites de l'ouverture

franceinfo Culture avec agences

Le week-end dernier, le festival de musique électronique MDL Beast a vu des milliers de personnes danser sur des rythmes endiablés, constituant un évènement unique dans l'histoire du royaume où les conservateurs qualifiaient encore récemment la musique de péché. Depuis ce temps, le prince héritier Mohammed ben Salmane mène une campagne de modernisation en brisant tabou après tabou.

Décrit comme un Woodstock saoudien, ce festival a non seulement réuni une brochette de DJ internationaux mais testé les limites de la révolution culturelle qui balaie le royaume. Ainsi, sur un bout de désert près de Ryad, transformé en ce qui ressemble à une boîte de nuit en plein air, des femmes débarrassées du voile et parfois de la longue robe noire ont dansé aux côtés des hommes.


Dans ce pays qui décourage la mixité et impose un code vestimentaire austère, une femme en justaucorps se trémoussant sur une corde dans une cage en forme de ballon, a fait tourner les têtes. Autre scène : suspendue en l'air, une piscine en verre a vu quatre danseuses aquatiques faire des numéros synchronisés dans des tenues moulantes.




Une modernisation en accéléré de la société

L'année dernière, le chef de la General Entertainment Authority (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi