Arabie saoudite : les femmes autorisées à vivre seules sans permission

·1 min de lecture
Elles devaient jusqu'ici obtenir l'accord d'un « gardien ».

Comme le rapporte « Courrier international », les femmes adultes peuvent désormais choisir de vivre seules sans l’autorisation d’un « gardien ».

Un léger amendement, mais un pas de plus vers l'autonomie pour les Saoudiennes. Les autorités judiciaires d'Arabie saoudite ont validé le 8 juin dernier un paragraphe de la loi 169 de procédure devant les tribunaux de la charia, comme le rapporte Courrier international. Il y a encore quelques jours, ce texte disposait que toute femme célibataire, divorcée ou veuve était tenue de vivre « sous la supervision de son gardien », c'est-à-dire, a minima, d'obtenir l'accord d'un homme de son entourage (père, frère, fils?) pour s'installer seule.

Ce n'est désormais plus le cas. Le paragraphe en question dispose ainsi qu'« une femme adulte a le droit de choisir où vivre ». La modification de la loi de procédure aboutit sur le fait qu'il ne sera plus possible pour les familles de porter plainte contre une femme ayant fait le choix de vivre seule. Le « gardien », lui, peut toujours dénoncer la femme dont il a la charge « s'il a des preuves qu'elle a commis un crime », explique Courrier international. Cet amendement intervient après qu'une écrivaine saoudienne a été acquittée en 2020 par la justice locale. Elle était poursuivie par son père pour avoir quitté le domicile familial, selon Courrier international, et s'être installée dans la capitale sans accord de sa part.

À LIRE AUSSI Le monde en 2030 ? L'Arabie saoudite peut-elle se réformer ?

Les droits des femmes dans le plan du prince saoudien ?

Le renforcement des droits des femmes est intervenu ces quatre dernières année [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles