En Arabie saoudite, Biden évoque le meurtre de Khashoggi avec le prince héritier

SAUDI PRESS AGENCY / NYT

Cela fait des semaines que la presse américaine rappelle à l’envi que Joe Biden avait promis, durant sa campagne présidentielle, de faire de l’Arabie saoudite un État “paria”, après le meurtre barbare du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018. Le renseignement américain avait conclu que le commanditaire du meurtre n’était autre que le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) et Joe Biden n’avait alors pas de mots assez durs contre la monarchie pétrolière.

Depuis l’annonce de son voyage en Arabie saoudite – essentiellement pour arracher aux pays du Golfe une hausse de la production de pétrole et faire baisser les prix à la pompe aux États-Unis –, Joe Biden s’est donc évertué à minimiser sa rencontre avec le prince héritier, voire à nier qu’il se retrouverait seul à seul avec lui.

Mais la rencontre a bien eu lieu, dès l’arrivée du président américain au palais royal de Jeddah, où MBS l’attendait à la sortie de sa limousine. Et la presse n’avait d’yeux que pour la façon dont les deux hommes allaient se saluer. Ils ont finalement opté pour “un check, sans sourires”, rapporte le Middle East Eye.

“Un simple geste peut être lourd de sens, en diplomatie, et celui-ci n’illustrait pas tant les précautions sanitaires (malgré ce que la Maison-Blanche a essayé de faire croire, sans succès), que la gêne suscitée par la rencontre”, souligne El País. Car quelques minutes plus tard, “Biden n’a pas hésité à serrer la main du roi Salmane”, le père de MBS, précise le quotidien.

“J’ai été très clair”

Les discussions qui ont suivi entre le président américain et les hauts responsables saoudiens ont été conduites pas MBS, dirigeant de facto du royaume. Selon CNBC, juste avant que la réunion ne commence, un journaliste de NBC a donné le ton en lançant au prince héritier : “Allez-vous présenter vos excuses à la famille de Jamal Khashoggi ? ”

Le journaliste, Peter Alexander, a affirmé sur Twitter qu’un assistant saoudien lui avait alors “fermement saisi le bras” et que le prince avait répondu à la question par “un sourire narquois”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles