April Benayoum (Miss Provence) : découvrez la sanction des 7 personnes condamnées suite aux tweets racistes

·1 min de lecture

L'affaire avait fait grand bruit. Samedi 19 décembre 2020, Amandine Petit était sacrée nouvelle Miss France. Mais la soirée avait été marquée par un sombre épisode. Sa première dauphine, April Benayoum, Miss Provence 2020, avait été victime de propos antisémites sur les réseaux sociaux après avoir évoqué les origines israéliennes de son père. "Je trouve que c’est regrettable qu’en 2020 on puisse encore avoir ce type de propos. Je remercie toutes les personnes qui me soutiennent, ce n’est pas qu’un combat contre l'antisémitisme, c’est aussi un combat contre toutes les formes d’inégalités", avait déclaré la jeune femme sur l'antenne de BFM TV.

De nombreux responsables politiques s'étaient indignés face à ce torrent de haine. Marlène Schiappa avait notamment indiqué avoir adressé "un signalement au Procureur". De son côté, la Licra (la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme), avait annoncé des poursuites pénales. Elles n'ont pas tardé puisque 48 heures après la diffusion de la cérémonie, le parquet de Paris avait annoncé l'ouverture d'une enquête pour "injures à caractère raciste et provocation à la haine raciale".

À lire également

"J'ai décidé de porter plainte" : Apri... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles