Après une soirée alcoolisée, il frappe sa femme enceinte de huit mois

La victime a notamment souffert d'hématomes au visage, aux genoux et aux coudes (Photo : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Âgé de 22 ans, le compagnon violent a été condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal de Saint-Malo.

Absent lors du procès, il a affirmé par la voix de son avocat avoir "honte" de ses actes. Un homme âgé de 22 ans résidant à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) a été jugé ce vendredi par le tribunal de la cité portuaire pour avoir violenté sa compagne enceinte de huit mois en avril dernier, après une soirée beaucoup trop alcoolisée.

Le Pays Malouin révèle que l'agression s'est produite sur la route du retour, alors que la jeune femme était venue en voiture chercher son conjoint, ivre après avoir passé la soirée chez des amis à boire "des bières et du Ricard". Selon le média local, le jeune homme aurait commencé par tenir "des propos incohérents", accompagnés de "gestes dangereux", alors que sa compagne enceinte était au volant.

Aucun antécédent de violence envers sa compagne

La jeune femme aurait stoppé le véhicule pour tenter de le calmer, sans succès. Hors de contrôle, l'individu aurait ensuite frappé sa compagne "à deux reprises avant de lui mettre un coup de pied dans le ventre". Comme l'explique Le Pays Malouin, des "hématomes au visage, aux genoux et aux coudes" ont été constatés par un médecin après le dépôt de plainte.

Le jeune homme, qui n'avait aucun antécédent de violence selon sa compagne, a donc été jugé ce vendredi, deux mois après les faits. Déjà condamné dans le passé pour des infractions liées à l'alcool, il a finalement écopé de six mois de prison avec sursis, assortis d'une obligation de soigner son alcoolisme et d'un "stage de prévention des violences au sein des couples".

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles