Covid-19: ces infirmières scolaires "au bord du burn-out"

·Journaliste
·1 min de lecture
Covid-19: ces infirmières scolaires "au bord du burn-out"
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

COVID-19 - Une autre profession à bout de souffle après un an de Covid-19. Jeudi 10 juin, environ 300 infirmières scolaires ont manifesté à Paris, à l’appel du syndicat majoritaire Snics-FSU, pour réclamer des revalorisations salariales, des recrutements de personnel et un plan d’urgence pour la profession.

“Dans ce plan d’urgence, le Snics exige des créations massives de postes infirmiers pour répondre aux besoins d’élèves”, a lancé Saphia Guereschi, secrétaire générale du Snics-FSU. “Nous sommes 7700, nous devrions être plus de 23.000”, a-t-elle ajouté.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, cette année de pandémie a surtout démultiplié les tâches de professionnels déjà particulièrement sollicités. Tests salivaires, traçage des cas contacts, accompagnement des élèves et des familles... Le coronavirus entraîne une nouvelle charge de travail, sans nécessairement une augmentation des ressources humaines ou financières dans les établissements scolaires.

J'ai sauvé la vie de plusieurs jeunes et mon travail n'est pas reconnu pas la société. Alexandra, infirmière scolaire

S’estimant “oubliées du Ségur de la Santé et négligées du Grenelle de l’Éducation”, les professionnelles que nous avons rencontrées aspirent à une meilleure reconnaissance de leur métier. “Je pars à la retraite dans un an et j’aurai une retraite de misère, alors que je travaille depuis l’âge de 17 ans”, regrette Isabelle, infirmière scolaire, à notre micro.

L’Éducation nationale et l’Enseignement supérieur comptent 7700 infirmières scolaires (96% du personnel sont des femmes) pour 62.000 établissements. Selon un...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles