Après l'offensive de Macron sur la sécurité, la droite surenchérit

Anthony Berthelier et Astrid de Villaines
·1 min de lecture
Après l'offensive de Macron sur la sécurité, la droite surenchérit (photo d'illustration prise le 17 mai 2020) (Photo: FRANCOIS LO PRESTI via POOL/AFP via Getty Images)
Après l'offensive de Macron sur la sécurité, la droite surenchérit (photo d'illustration prise le 17 mai 2020) (Photo: FRANCOIS LO PRESTI via POOL/AFP via Getty Images)

POLITIQUE - Un parfum de campagne. Avec sa tournée des points chauds en voiture banalisée, puis son bain de foule dans les “quartiers sensibles” de Montpellier lundi 19 avril, Emmanuel Macron s’est extirpé quelques instants de la gestion de la crise sanitaire, des courbes et autres graphiques anxiogènes. L’occasion pour lui de parler sécurité, donc, quelques heures après avoir défendu son action “pour le droit à une vie paisible”, longuement, dans Le Figaro.

Le chef de l’État mène cette offensive à l’heure où les forces de l’ordre clament à nouveau leur colère, indignées par le verdict du procès dit des “policiers brûlés” à Viry-Châtillon, un soir d’avril 2016 en Essonne. Ils sont plusieurs centaines à être descendus dans la rue ce mardi pour demander à Emmanuel Macron de mettre fin au sentiment d’impunité des délinquants.

Un contexte éruptif qui n’a pas échappé à la droite. Les Républicains, qui se sont fait une spécialité d’attaquer le bilan régalien d’Emmanuel Macron, un thème pourtant érigé en priorité de la fin de son quinquennat, se relaient dans les médias dans une forme de course à l’échalote sécuritaire. Le tout, à un an d’une élection présidentielle qui promet de faire la part belle à ces enjeux.

Xavier Bertrand veut changer la Constitution

Ce n’est sans doute pas pour rien si les réactions les plus virulentes à droite émanent de candidats qui imaginent “jouer un rôle” au printemps 2022. Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand qui a fini par officialiser ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.