Après la fête clandestine aux Buttes-Chaumont, enquête ouverte pour "mise en danger d'autrui"

Youen Tanguy
La police met fin à une fête clandestine avec 100 personnes à Paris, les organisateurs interpellés (Photo: Flashpop)
La police met fin à une fête clandestine avec 100 personnes à Paris, les organisateurs interpellés (Photo: Flashpop)

ENQUÊTE - C’est un évènement qui a fait polémique. Le parquet de Paris a ouvert une enquête le 26 avril 2021 après la tenue d’une fête clandestine dans le parc des Buttes Chaumont.

L’enquête a été ouverte des chefs de “mise en danger d’autrui” et “participation à un rassemblement de plus de six personnes sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public”, indique le parquet de Paris au HuffPost. Les investigations ont été confiées au commissariat du 19e arrondissement de Paris (SAIP19).

Le préfet de police de Paris Didier Lallement avait lui-même signalé les faits à la justice, avait confirmé la préfecture de police de Paris à franceinfo.

Les faits se sont déroulés ce dimanche 25 avril. Comme l’ont relayé plusieurs journalistes et médias, plusieurs dizaines, voire centaines de jeunes se sont réunis autour d’un sound system au mépris, pour la plupart, des gestes barrière et du port du masque.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des images “qui ne sont pas admissibles”

Au bout d’une heure, selon Brut, des agents de la mairie de Paris ont fini par interrompre la fête à coups de sifflet alors qu’approchait l’heure d’entrée en vigueur du couvre-feu, intimant aux fêtards de quitter le parc. Selon les règles actuellement en vigueur dans le pays, les rassemblements en extérieur de plus de six personnes sont normalement interdits, la consommation d’alcool dans l’espace public est prohibée et le port du masque est obligatoire.

“Ce sont des images qui ne sont pas admissibles”, a dénoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce lundi 26 avril. J’entends parfaitement la lassitude, et notamment des jeunes (...) ma...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.