Après le vote des militants PS, Hidalgo veut donner « un coup d’accélérateur » à un début de campagne qui patine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
FRA : PRESIDENTIELLE 2022 : JT F2 Anne HIDALGO PORTRAITS
FRA : PRESIDENTIELLE 2022 : JT F2 Anne HIDALGO PORTRAITS

Jusqu’ici, tout va bien. Si les débuts de campagne d’Anne Hidalgo ne se passent pas aussi bien qu’espérés, les socialistes se rassurent. L’automne doit permettre à la maire de Paris de passer la seconde. Première étape : les adhérents du Parti socialiste étaient appelés jeudi à désigner leur candidat, qui sans surprise, sera une candidate. Selon des résultats portant sur plus de 90 % des bulletins, la maire de Paris a obtenu plus de 72% des voix. Stéphane Le Foll, le seul challenger, ne se faisait lui-même « pas beaucoup d’illusions », avant le scrutin, « compte tenu des délais d’organisation du vote et l’absence de débat. Tout cela était malheureusement écrit par avance », a affirmé à publicsenat.fr le maire PS du Mans.

Avec des intentions de vote entre 4 et 7% dans les sondages, le début de campagne d’Anne Hidalgo patine. Un certain Yannick Jadot, vainqueur de la primaire EELV, a eu la mauvaise idée de lui passer devant dans plusieurs enquêtes d’opinion. François Lamy, ancien bras droit de Martine Aubry, vient d’ailleurs de le rejoindre pour la campagne. « François Lamy a toujours été un porte-flingue. Mais depuis longtemps, il n’avait plus de balle dans son révolver », lâche le patron des sénateurs PS, Patrick Kanner, qui en garde lui quelques-unes… Quant aux sondages, « ça ne m’inquiète pas, mais ça ne m’enchante pas », commente le sénateur du Nord. Après la désignation, « ça sera le vrai début de campagne » qui fera « bouger les lignes », « elle change de statut », soutient l’ancien ministre. « On doit mettre le turbo sur la machine à convaincre, à partir de ce soir, et sur le fond, pas les petites phrases », ajoute Patrick Kanner.

« La machine militante du PS va se mettre en branle »

« On est tous addicts aux sondages, faut être honnête. Mais aucun sondage n’a trouvé le résultat à six mois d’une élection », rappelle le sénateur PS Rachid Temal. Même son de cloche de la part de Marie-Pierre de La Gontrie, sénatrice (...) Lire la suite sur Public Sénat

Crise des sous-marins : la piste d’une commission d’enquête sénatoriale toujours en suspens

Paris 2024 : « Croire que Jupiter pilote la politique du sport de haut niveau est absurde », d’après Jean-Raymond Hugonet

Hausse des tarifs des complémentaires santé : Olivier Véran met un coup de pression

Les inégalités entre les femmes et les hommes accentuées en milieu rural, pointe un rapport du Sénat

COP26 : l’ambassadeur français pour le climat décrit un chemin jonché d’embûches

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles