Après la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, les alliés de Washington appellent à l'apaisement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après la courte visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis Nancy Pelosi ce mercredi à Taïwan, la Chine, qui avait menacé d’intensifier ses activités militaires dans la région, a accru les tensions autour du détroit de Taïwan.

La colère de Pékin ne semble pas retomber après la visite de la cheffe des députés américains à Taïwan. Quelques heures seulement après le départ de Nancy Pelosi, 27 avions militaires chinois sont entrés dans la zone de défense aérienne taïwanaise. Pékin, qui avait annoncé des actions militaires ciblées en cas de venue de la présidente de la Chambre des représentants, a donc commencé à mettre ses menaces à exécution.

Ces actions militaires devraient s’intensifier ce jeudi avec des manœuvres qui impliqueront des tirs à munitions réelles de longue portée dans le détroit de Taïwan, qui sépare l'île de la Chine continentale, selon le ministère chinois de la Défense. D'après les coordonnées publiées par l'armée chinoise, une partie des opérations militaires doivent avoir lieu à 20 kilomètres des côtes de Taïwan.

À écouter aussi : Déplacement de Nancy Pelosi à Taïwan: «C'est la Chine qui menace le statu quo»


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles