Après les violences face à l'Olympique Lyonnais, la sanction contre Bastia est tombée

Jade Toussay
Après les violences face à Lyon, la sanction contre Bastia est tombée

FOOTBALL - Le Stade de Furiani suspendu jusqu'au 4 mai à titre conservatoire: Bastia a écopé de premières sanctions après les violents incidents lors de la réception de Lyon le 16 avril et devra jouer son prochain match à domicile sur terrain neutre et à huis clos, en attendant le verdict final des instances disciplinaires de la Ligue.

"Il y a eu beaucoup trop d'incidents en cette fin de saison, avec des comportements qui n'ont rien à faire dans un stade de football", a déploré le président de la commission de discipline Sébastien Deneux, jeudi soir, à l'issue d'une longue audition des dirigeants corses.

Compte tenu des délais serrés de cette fin de championnat, l'instruction a été accélérée pour une décision le 4 mai. D'ici là, Bastia devra recevoir Rennes sur terrain neutre et à huis clos le 29 avril. L'objectif de l'instruction: "Statuer sur le sort du match (Bastia-Lyon) qui n'a pas pu aller à son terme et sur les conséquences disciplinaires des agissements des supporters" bastiais, a détaillé Sébastien Deneux.

Des joueurs lyonnais ont porté plainte

Dimanche à Bastia, des supporteurs corses ont envahi la pelouse avant le coup d'envoi, prenant violemment à partie les joueurs lyonnais. Commencé avec près d'une heure de retard, le match a ensuite été officiellement arrêté suite à de nouvelles échauffourées survenues à la mi-temps.

Deux joueurs lyonnais, Anthony Lopes et Mathieu Gorgelin ont porté plainte contre X pour violence en réunion dans une enceinte sportive. Une enquête en flagrance pour "violences" a été ouverte par le procureur de la République à Bastia. Le club corse, déjà lanterne rouge, risque de lourdes sanctions lors du verdict final, notamment un retrait de points au classement qui pourrait définitivement compromettre ses chances de maintien dans l'élite.

Un peu plus tôt jeudi, l'association de supporteurs "Bastia 1905", impliquée dans les incidents, a annoncé "sa mise en sommeil jusqu'à nouvel ordre", quelques heures avant le passage du...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages