Après sa victoire à la tête du RN, Bardella voit dans la candidature de Le Pen en 2027 "une évidence"

Après sa victoire à la tête du RN, Bardella voit dans la candidature de Le Pen en 2027 "une évidence"
Jordan Bardella sur un plateau de télévision le 5 novembre 2022 - Alain JOCARD / AFP
Jordan Bardella sur un plateau de télévision le 5 novembre 2022 - Alain JOCARD / AFP

Encore un acte de fidélité. Après l'avoir très largement emporté face à Louis Aliot samedi dans la course pour la présidence du mouvement de Marine Le Pen, Jordan Bardella évoque la très probable candidature de la patronne des députés du Rassemblement national en 2027.

"Je pense que quand on a la légitimité, la popularité, la notoriété de Marine Le Pen et qu'on faisait 17% des voix il y a 10 ans et qu'on fait presque un électeur sur 2 à la dernière présidentielle, avec 42%, sa candidature relève de l'évidence", a lancé le député européen ce lundi matin sur RTL.

Le Pen évoquait "des circonstances exceptionnelles" pour "repartir"

Le nouveau patron du parti avait déjà fait acte d'allégeance lors de son discours d'intronisation ce week-end à la Maison de la Mutualité à Paris, avançant "tout lui devoir", après un parcours éclair au sein du mouvement.

Tout en haut de sa feuille de route pour les prochaines années - entre la relance des fédérations locales et le souhait de former une nouvelle génération de militants -, se trouve bien sûr la conquête du pouvoir. Lors de son discours d'intronisation, Jordan Bardella a d'ailleurs promis aux sympathisants que le parti allait "succéder à Macron".

Marine Le Pen tenait, elle, un discours plus nuancé en septembre dernier dans les colonnes du quotidien Ouest France.

"Il ne faut jamais dire jamais en politique, mais il faudrait vraiment des circonstances exceptionnelles pour que je reparte pour une quatrième présidentielle", expliquait alors la députée du Pas-de-Calais.

Le parti en pole position

Depuis ses déclarations, la situation politique n'a guère évolué, mais le RN apparaît en position de force. Le mouvement sortirait ainsi renforcé d'une dissolution de l'Assemblée, avec en perspective 21% des voix récoltées contre 19,2% en juin dernier, selon un sondage Ifop-Fiducial paru dans le JDD ce dimanche.

Les propos de Jordan Bardella ont aussi un mérite: mettre tout le parti d'accord autour de la candidature de Marine Le Pen qui fait l'unanimité en interne. Une bonne nouvelle alors que de vives tensions sont apparues samedi dans le mouvement. Le maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, a accusé le député européen d'un "début de purge" contre ses opposants internes.

Article original publié sur BFMTV.com