Après la tuerie dans le Colorado, Joe Biden veut "bannir les fusils d'assaut"

Hugo Septier avec AFP
·2 min de lecture

"Je n'ai pas besoin d'attendre une minute de plus", a estimé le président démocrate depuis la Maison Blanche.

Quelques heures après la tuerie dans un supermarché de Boulder dans l'État du Colorado qui a fait dix morts, le président des États-Unis Joe Biden a pris la parole. Le successeur de Donald Trump à la Maison Blanche a appelé mardi le Congrès à agir sur les armes à feu et s'est dit en faveur d'une interdiction des fusils d'assaut.

"Je n'ai pas besoin d'attendre une minute de plus, encore moins une heure, pour prendre des mesures de bon sens qui sauveront des vies à l'avenir et pour exhorter mes collègues à la Chambre et au Sénat à agir", a dit le président démocrate depuis la Maison Blanche. "Nous devons agir. Nous devons aussi bannir les fusils d'assaut", a-t-il ajouté.

Répétition de tueries

Ce massacre est intervenu moins d'une semaine après qu'un homme a abattu huit personnes dans des salons de massage asiatiques d'Atlanta, en Géorgie. Une répétition qui a suscité des appels pressants à l'administration démocrate et aux élus à agir.

Identifié comme Ahmad Alissa, le suspect a été blessé à la jambe et hospitalisé. Il se trouve dans un "état stable", a déclaré Maris Herold, la cheffe de la police de Boulder. "Il a été inculpé de dix meurtres", a-t-elle précisé. Son mobile n'est pas encore connu, selon les autorités.

Toutes les victimes ont été identifiées et étaient âgées de 20 à 65 ans, d'après la même source. Le policier décédé était père de sept enfants, selon cette dernière. Le président Biden a ordonné que les drapeaux soient mis en berne dans tous les bâtiments publics.

Selon des médias américains, le tireur était équipé d'un fusil d'assaut de type AR-15, arme souvent utilisée dans des tueries.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :