Après la tuerie au Texas, Jimmy Kimmel en pleurs dans son émission

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jimmy Kimmel en larmes après la tuerie d'Uvalde, le 25 mai 2022. (Photo: Youtube)
Jimmy Kimmel en larmes après la tuerie d'Uvalde, le 25 mai 2022. (Photo: Youtube)

Jimmy Kimmel en larmes après la tuerie d'Uvalde, le 25 mai 2022. (Photo: Youtube)

ÉTATS-UNIS - “Nous en sommes là encore fois. Encore un jour de deuil dans ce pays.” En pleurs et en colère, le présentateur américain Jimmy Kimmel a dénoncé mercredi 25 mai les élus de son pays qui n’agissent pas afin de mettre fin aux tueries de masse. Une prise de parole au lendemain de la mort de 21 personnes dont 19 enfants dans une école élémentaire d’Uvalde, au Texas, où un jeune homme de 18 ans, Salvador Ramos, a ouvert le feu avec des fusils directement dans les salles d’école.

“Ces vies ont été volées, les familles sont détruites pendant que nos leaders à droite, le Congrès, [la chaîne conservatrice] Fox News et d’autres nous ont dit de ne pas politiser ce sujet. Ils ont même immédiatement critiqué notre président qui s’est exprimé afin de faire quelque chose pour arrêter cela”, a-t-il déclaré en ouverture du Jimmy Kimmel Live!. D’après l’animateur, c’est “parce qu’ils savent ce qu’ils ont fait et ce qu’ils n’ont pas fait. Ils savent que ce n’est pas défendable donc ils balayent ça sous le tapis”.

L’intégralité de l’intervention de l’animateur américain est à voir dans la vidéo ci-dessous. Si vous ne comprenez pas l’anglais, nous vous conseillons d’activer les sous-titres automatiques de Youtube en français, dans les paramètres de la vidéo.

Aux États-Unis, les tueries dans les écoles sont un fléau. À chaque nouveau drame, les appels se multiplient pour limiter la détention des armes à feu protégée par le deuxième amendement de la Constitution. Les Républicains, très attachés à ce droit constitutionnel, refusent de voter des lois restreignant leur accès. Pourtant, selon Jimmy Kimmel, “87% des Américains veulent une vérification des antécédents avant qu’une arme puisse être achetée”.

Il poursuit en colère, rappelant qu’un “projet de loi est coincé au Congrès depuis un an parce que nos lâches élus ne nous écoutent pas. Ils écoutent la NRA (puissant lobby pro-armes, NDLR), les gens qui signent les chèques pour les maintenir au pouvoir”.

“Admettez que vous avez fait une erreur”

Pour les Républicains, dont le gouverneur du Texas Greg Abbott et le sénateur Ted Cruz, la solution n’est pas une restriction sur les armes mais au contraire, équiper les personnels de sécurité. Le procureur général de l’État a même proposé -et ce n’est pas une première- d’armer les enseignants.

Ce n’est pas la solution, juge Jimmy Kimmel. “Vous n’avez pas bien compris ce qu’il se passe. Il y avait un garde armé à Buffalo [où 10 personnes sont mortes dans un supermarché début mai, NDLR], il y en avait un à Parkland [un lycée où 17 personnes ont été fusillées en 2018, NDLR], il y en avait un à Uvalde. Et ces meurtres continuent d’arriver”, pointe-t-il, désabusé.

Jimmy Kimmel se dit persuadé que le sénateur Ted Cruz, qui a des enfants “ne se fiche pas” de ce qu’il s’est passé mardi à Uvalde. “Je parie qu’il s’est couché et qu’il se sentait mal la nuit derrière.” C’est pourquoi il interpelle Ted Cruz et Greg Abbott qui doivent se rendre à l’assemblée annuelle de la NRA prévue vendredi:

“Je voudrais dire à Ted Cruz, l’être humain, et au gouverneur Greg Abbott: tout ira bien si vous admettez que vous avez fait une erreur. En fait, il est même nécessaire d’admettre que vous avez fait une erreur quand cette erreur est la mort d’enfants dans votre État. Faire cela est une preuve de courage.”

La tuerie d’Uvalde est l’une des pires tueries aux États-Unis depuis plusieurs années. Le tueur, Salvador Ramos, avait acheté deux fusils et 375 munitions peu après son 18e anniversaire et avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’il allait se rendre dans une école avec une arme. Il a été tué par la police.

À voir également aussi sur le Huffpost: Après la tuerie au Texas, Joe Biden partage sa peine et son expérience de père endeuillé

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles