Après trois changements de protocole scolaire en une semaine, l'exécutif défend une "adaptation"

·2 min de lecture

Huit jours après la rentrée scolaire, les élèves, les parents et les enseignants vont devoir à nouveau s'adapter à la troisième évolution du protocole sanitaire dans les écoles présentée par Jean Castex. Le gouvernement assure garder le cap.

Des règles qui ont encore évolué. Alors qu'il n'est plus nécessaire pour les élèves cas contacts de recommencer le parcours des trois tests lorsqu'un nouveau cas de Covid-19 est confirmé dans leur classe, le dispositif du gouvernement, présenté ce lundi soir par Jean Castex, peut donner un sentiment d'improvisation. A tort, juge le gouvernement, après trois évolutions en huit jours.

"C'est plus une adaption qu'un changement. Cette politique de test, nous la faisons évoluer pour que ce soit le plus fluide possible. (...) Le protocole est le même depuis début septembre. Simplement, on a fait évoluer le curseur", assure ainsi Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale ce mardi sur BFMTV.

"On l'a fait pour vos enfants"

Face au mécontentement des parents d'élèves, dont certains se disent "à bout" face aux difficultés à faire tester leurs enfants, l'exécutif a voulu désamorcer la situation.

"Je sais que ce vous avez vécu la semaine dernière est très compliqué mais on l'a fait pour vos enfants", a ainsi assuré le patron de la rue de Grenelle, en s'adressant aux parents.

Alors qu'une grève des enseignants sera organisée ce jeudi pour dénoncer la gestion des protocoles sanitaires, Jean-Michel Blanquer a tenu à afficher sa fermeté.

"C'est dommage d'avoir une journée qui va pertuber davantage le système", a jugé le ministre.

"Forcément, on s'adapte" pour Attal

Gabriel Attal, a lui, aussi défendu les évolutions du protocole sanitaire ce mardi matin sur Europe 1.

"Forcément, on s'adapte (...) On s'adapte aux difficultés rencontrées par les familles", a ainsi assuré le porte-parole du gouvernement, défendant "le pragmatisme face au Covid-19".

"Je suis père de famille, je vois bien ce qui se passe", avance Castex

Les deux ministres mettent leurs pas dans ceux de Jean Castex qui a voulu montrer un visage proche des parents d'élèves et de leurs difficultés.

"Effectivement, on voit ces files d'attente, je suis père de famille, je vois bien ce qui se passe", a ainsi assuré Jean Castex ce lundi soir sur France 2, avant de défendre des "mesures de simplification" et de décliner l'assouplissement de la politique de tests en milieu scolaire.

Malgré ces efforts de communication, le gouvernement n'a pas convaincu. "Après cette intervention au 20 heures de France 2, ceux qui hésitaient vont avoir encore plus de raison de faire grève", a ainsi réagi Guislaine David, secrétaire générale du SNUIPP, le premier syndicat d’enseignants du primaire sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Covid-19 en France : à peine en vigueur, le protocole sanitaire allégé en milieu scolaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles