Après des tags racistes sur une mosquée de l’Orne, Darmanin annonce une enquête

Photo
THOMAS SAMSON / AFP

POLITIQUE - « Islam hors d’Europe ». Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre, la mosquée de Flers dans l’Orne a été dégradée avec des tags racistes et néo-nazis. Des faits qui ont provoqué l’ouverture d’une enquête, comme l’a annoncé ce dimanche le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« Je condamne les injures à caractère anti-musulman et faisant l’apologie du nazisme apposées sur les murs de la mosquée de Flers », a tweeté Gérald Darmanin, après un premier communiqué diffusé par la prefecture de l’Orne.

« Le préfet assure la communauté musulmane et l’ensemble des associations cultuelles de la vigilance absolue des services de l’État pour prévenir et lutter contre tout acte anti-musulman », indique la préfecture du département, précisant que « les forces de sécurité intérieure renforcent les patrouilles aux abords des lieux de culte et sont à la disposition de leurs représentants pour rehausser les mesures de sécurité ».

Ces inscriptions racistes n’ont pas manqué de faire réagir le monde politique. « J’exprime ma solidarité aux fidèles de cette mosquée. Condamnation totale de tout acte de racisme anti-musulman. Sur les réseaux sociaux comme dans le quotidien, trop de nos concitoyens subissent les expressions de haine et de racisme », a dénoncé le député socialiste Jérôme Guedj.

« La haine anti-musulmans n’a aucune place en République française. Il faut retrouver et punir les coupables », a renchéri la députée de LFI Nathalie Oziol.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi