Harcèlement et homophobie : après le suicide de Lucas, 13 ans, le parquet d'Épinal ouvre une enquête

© Myriam Tirler / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Lucas, 13 ans, s'est donné la mort, samedi à son domicile de Golbey dans les Vosges. Après le suicide de cet adolescent, le parquet d'Épinal a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour harcèlement sur mineur de moins de 15 ans. L'affaire a été confiée au commissariat d'Épinal afin « d'établir la réalité des faits dénoncés et le lien de causalité avec le suicide », a rapporté le procureur de la République d’Épinal, Frédéric Nahon, dans un communiqué relayé jeudi par l'Agence France-Presse. Depuis le décès de ce collégien, en classe de 4ème au collège Louis Armand, ses proches avaient dénoncé « des faits de harcèlement commis par des élèves de son collège, en raison de son homosexualité, depuis plusieurs mois », a indiqué le magistrat.

Si la famille du défunt n'avait pas déposé plainte avant le drame, les faits avaient bien été signalés à l’Éducation nationale, qui avait « reçu les mineurs » suspectés. Le rectorat de la région académique Grand Est a tenu à préciser que Lucas et sa mère avaient fait état de « moqueries à la rentrée de septembre » et que les faits avaient été « immédiatement pris au sérieux par les équipes du collège, qui ont fait preuve d'une grande vigilance au quotidien, tout en conservant le lien avec l'élève et sa famille ».

Lire aussi - Inégalités, harcèlement, lacunes… Pourquoi ça cloche au collège

L'émotion de Pap Ndiaye

Le rectorat de la région académique Grand Est avait fait part de son « émotion » à l'annonce de la disparition du jeune garçon, tout...


Lire la suite sur LeJDD